Mon parrainage avec Toutes à l’école

Aujourd’hui, journée des Droits de la Femme et sûrement le meilleur jour pour choisir de vous parler de l’association Toutes à l’école.

  • L’association Toutes à l’école

Fondée en 2005 par la journaliste Tina Kieffer (ex-directrice de la rédaction au journal Marie Claire), Toutes à l’école a pour mission de « proposer une scolarisation de haut niveau aux petites filles les plus démunies, afin de les conduire à un métier qui leur apportera liberté et dignité ». En plus simple, l’association agit au Cambodge où elle a construit Happy Chandara : une école primaire, un collège, un lycée, un centre de formation, un centre de santé et un internat qui accueillent aujourd’hui plus de 1000 filles dont une centaine de nouvelles tous les ans.

Happy Chandara

Cour de Happy Chandara

Vous vous demandez sûrement, pourquoi le Cambodge ? Pourquoi des petites filles ? Si vous vous posez ces questions c’est qu’une partie de l’histoire du Cambodge vous échappe. Il y a une trentaine d’années, entre 1975 et 1979, les communistes Khmers Rouges ont tués près de 90% de la population intellectuelle du pays : le génocide Cambodgien a fait disparaître près de 20% de la population Cambodgienne, soit près de 1,7 millions de personnes. Cette terrible tragédie a détruit le pays qui a peiné à se reconstruire. Plus de médecins, plus de professeurs,  la pauvreté s’est installée. Aujourd’hui, la moitié de la population au Cambodge a moins de 18 ans. Des écoles se sont construites mais on trouve très peu de filles dans les cours de récréation. Les filles sont plus utiles à la maison pour aider la famille. Certaines d’entres elles finissent dans des mariages forcés ou vendues à la prostitution.

Toutes à l’école accueille des filles provenant de zones rurales autour de la capitale Phnom Penh, leurs familles vivent pour la plupart de l’agriculture, de la pêche ou d’autres métiers manuels qui ne leurs permettent pas de fournir assez d’argent pour envoyer leurs enfants à l’école. Mais l’association ne fait pas qu’accueillir des filles à l’école, elle étudie aussi rigoureusement chaque dossier pour connaître la situation de chaque famille. Elle apporte un suivi médical à chaque élève, soutien les familles et les aide en leur fournissant des vivres (sac de riz…) et ainsi les aider dans leur vie de tous les jours.

Je pourrais vous raconter beaucoup d’autres choses sur l’association mais je vous propose de regarder cette vidéo que j’aime beaucoup qui vous expliquera mieux que moi les actions de Toutes à l’école :

  • Mon parrainage chez Toutes à l’école

J’ai choisi il y a maintenant un an et demi de parrainer une petite fille à Happy Chandara, si je l’ai fait ce n’est pas par excès de générosité mais parce que ces petites filles et leurs histoires me touchent personnellement.

D’origine Cambodgienne, mes parents sont arrivés en France suite au génocide, ils ont survécu à la guerre mais ont quitté leur pays et ont aussi perdu des proches. Entre autres, mon grand-père, professeur, a été emmené et tué par les Khmers Rouges. J’ai eu la chance de naître dans un pays développé où l’éducation est un bien inestimable et que mes parents m’ont appris à chérir. Malheureusement, encore trop de personnes ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont de pouvoir aller à l’école…

J’ai fait mon premier voyage au Cambodge en 2009 où j’ai pu découvrir un pays en reconstruction mais où il y règnait surtout une forte inégalité entre une classe moyenne qui pouvait se permettre d’envoyer leurs enfants en écoles privées et des familles beaucoup plus défavorisées où les enfants n’avaient pas cette chance. Mon regard sur le monde a changé quand j’ai vu une petite fille, peut-être de 4 ans, qui mendiait des canettes vides auprès des touristes et cambodgiens pour pouvoir ensuite les revendre. Comment une petite fille innocente pouvait-elle être là et non à l’école à apprendre des choses ou juste chez elle à profiter de sa jeunesse ?

Une fois rentrée de ce voyage, j’ai continué mes études mais quelque chose en moi avait changé, j’avais envie d’aider ce pays et ces Cambodgiens. Mes études terminées, j’ai décidé de parrainer une petite fille chez Toutes à l’école (et une avec l’association Enfants du Mékong), ce n’était pas grand chose mais ça me permettait de découvrir le travail fourni par ces associations et de permettre la scolarisation de deux petites filles. On ne sait jamais vraiment ce qui est fait avec notre argent quand il s’agit de dons à des ONG ou à des associations mais je peux vous promettre que l’argent envoyé à Toutes à l’école est très bien utilisée. Je reçois régulièrement des nouvelles de ma filleule par courrier mais aussi de l’école par une page Facebook qui partage régulièrement des photos et vidéos de la vie à Happy Chandara.

Je suis de nouveau retournée au Cambodge en août 2015, l’occasion pour moi d’aller visiter Happy Chandara et de rencontrer ma filleule. Je suis malheureusement tombée pendant les vacances scolaires au Cambodge mais finalement l’école fournissait de cours de soutien aux élèves en difficulté et j’ai tout de même pu être accueillie dans l’école. L’école est dans un village excentrée de la capitale, on y passe difficilement en voiture et les maisons qui l’entoure sont construites sur peu de choses. J’ai été reçue par l’adorable madame Phalla qui est une cambodgienne travaillant à l’internat de l’école, parfaitement bilingue, elle m’a fait visiter l’école et le collège en passant par l’internat. Des dessins d’enfants, des jolis uniformes roses, l’environnement est adaptée à ces jeunes filles et le personnel est dévouée à leur travail, je ne pouvais rêver mieux.

En visitant l’internat j’ai croisé une petite fille qui y était seule, on m’a expliqué qu’elle pouvait rester ici pendant les vacances car la vie chez elle était « compliquée ». Cet internat n’est pas juste pour y laisser des enfants dormir pendant les cours, c’est une deuxième maison avec une adorable deuxième famille. J’ai pu voir les petites filles en classe, passionnées et surtout heureuses, quel bonheur de voir autant de sourires ! J’ai ensuite rencontré ma filleule, une petite fille dont les parents ont mon âge… j’aurais pu être à leur place ! Ma filleule apprend les maths, le cambodgien, l’anglais puis plus tard le français, un avenir brillant lui est promis à elle et à toutes les autres élèves de l’école 🙂 J’ai vraiment été impressionnée par les infrastructures et la qualité du personnel dans l’école, les filles profitent d’un enseignement exemplaire, elles sont vaccinés, nourries et encadrées admirablement par toute l’équipe de Toutes à l’école.

 

11039284_10206284004193052_6051262507765408576_o

 

Bref, si vous cherchez une organisation à aider, je ne peux que vous conseiller Toutes à l’école. Vous pouvez faire un don exceptionnel ou parrainer une élève ou l’école. Parrainer une élève revient seulement à 10,20€ par mois après une réduction fiscale de 66% sur les 30€ initialement versés. C’est un peu plus d’un ticket restaurant… Financer Toutes à l’école c’est permettre tous les ans à 100 nouvelles élèves d’intégrer l’école, c’est permettre l’ouverture de nouvelles classes, c’est permettre d’avoir des femmes libres et instruites pour demain. Le personnel de l’association est réactif et disponible par mail, courrier ou téléphone si jamais vous avez des questions 🙂

Pour finir, je souhaite remercier madame Phalla, mimi et Vinna pour m’avoir permis de rencontrer ma filleule et de nouveau féliciter et remercier toute l’équipe Toutes à l’école pour leur travail formidable.

 

P.S : Showroomprivé promet un don de 5000€ à l’association si leur post Facebook atteint 3000 likes aujourd’hui, alors si un clic ne vous fait pas peur, je vous invite à liker le post suivant : https://www.facebook.com/showroomprivecom/photos/a.127112150675783.31331.126321144088217/1019559834764339/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *